Démarche artistique
 

Demeurant maintenant plus près de la nature, je suis en éternelle contemplation devant cette beauté qui touche le paysage que je vois dès mon réveil.
Tout comme elle, je rennais à chaque jour. Chacune des saisons m’apportent son lot de couleurs, d’odeurs et de sensations.

Ma réflexion a débuté sur le parallèle qui existe entre le cycle de vie de l’Homme et celui des Fleurs, entre autre de la naissance au vieillissement, des récoltes aux semences, tous deux réagissant aux mêmes stimuli, traverseront l’espace-temps sensiblement de la même manière tout en se croyant éternels. Alors que la vie ne tient qu’à un fil, les fleurs tout comme l’Homme ne ressentent ni leur vulnérabilité, ni l’heure de la fin…Sommes-nous éternels ?

Avant de commencer une nouvelle toile, je me laisse emporter par une musique classique parfois rythmique. Alors mon interprétation picturale dans un mouvement désinvolte, empreinte de spontanéité créée par cet ambiance, je m’imagine être le Chef d’orchestre, je fais jouer tour à tour les rouges les jaunes, vous entrainant à travers la toile, là où les fleurs se redressent, qu’elles se courbent, qu’elles se forment ou se déforment, j’aime peindre l’énergie de la fleur, je veux leur donner une âme.

Influencée par les coloristes anciens, je désire que mes toiles deviennent intemporelles, alors j’ai choisi de peindre la beauté du monde, sur toile, le format n’a pas son importance. J’aime utiliser l’acrylique pour sa rapidité de séchage me donnant ainsi des couleurs plus vives.
Dans ma forme d’expression, je privilégie le couteau au pinceau. J’aime tout aussi l’exploration en technique d’émergence créée par l’application d’une texture et l’utilisation des encres, à ce moment précis, c’est la toile qui me parle, qui me dicte quel sera le sujet de cette toile, je me laisse donc guidée par la tache.

Après vous avoir fait vivre une expérience esthétique je veux que l’on ressente que ni la richesse et la pauvreté, la santé et la maladie ne sont dépourvues de couleurs et ont aussi leur moment de bonheur.
Je veux garder dans ce monde intransigeant de performance et d’individualisme, cette sensibilité qui m’habite.

Par conséquent, je reconnais ma fragilité et mon impuissance face à la vie. A ceux qui regardent mon œuvre, je souhaite leur laisser un peu d’espoir.